© 2019 By Støtte Magazine. Proudly created with WIX.COM

Deux semaines en immersion dans la vie cubaine

17-Apr-2017

Photographier Cuba en noir et blanc ? Quelle folie!

 

C'est au mois de Janvier que j'ai pris la décision de monter un nouveau projet photographique. En travaillant dans une galerie, j'ai pu m'intéresser à l'histoire actuelle de Cuba et me questionner sur cette merveilleuse architecture encore inachevée.

 

 

 

Semaine 1. En arrivant à la Havane, j'ai été frappée par l'état de délabrement des bâtisses. Les immenses demeures coloniales encore marquées par le dur passé de ce pays témoignent de sa réalité.

À n'importe quel moment de la journée, on entend les musiques latines jaillir des balcons. Rien de tel pour rythmer une bonne ballade en ville. 

 

 

Les rues de La Havane ne cessent d'être animées du soir au matin. Pour les cubains qui ne travaillent pas, il n'y a rien de mieux que de se poser devant chez soi et jouer de la guitare. Certains en profitent pour s'inventer un deuxième métier, car le premier ne rapporte pas assez. Un médecin en semaine se transformera en chauffeur de taxi le week-end. Dans les parcs, où l'on retrouve les accès wifi, les enfants jouent sous le soleil brulant pendant que leurs parents sont en appel visio avec la famille. 

 

Cuba n'étant pas un pays très partisan des échanges internationaux, il est encore difficile de se procurer certains aliments en quantité souhaité. C'est un peu comme en temps de guerre avec le système de rationnement. Le riz, la farine, les oeufs sont distribués en fonction du nombre de personnes à nourrir dans le foyer. On trouve peu à peu quelques marques occidentales tel que Zara ou Adidas dans les mercados ("marchés"), lieux privilégiés des cubains. C'est ici qu'on y trouve de nombreux objets et accessoires, l'équivalent des "bazars" chez nous. 

 

La Habana Vieja a été l'un des quartiers qui m'a le plus marquée par l'affluence touristique qui s'y trouve. Les fameuses voitures américaines qui attendent les touristes pour aller faire un tour, ou les serveurs qui cherchent à vous vendre du rêve avec la meilleure table de Cuba, sont bien la preuve que la vie cubaine est à un tournant.

 

 

 

 

Semaine 2. Après une semaine au coeur de la capitale, changement de cap vers Santiago de Cuba, le berceau de la Révolution cubaine. D'après moi, cette ville est encore plus merveilleuse que La Havane, dans la manière dont elle a été bâtit. Elle est au coeur de grande chaine de montagnes, les rues y sont très arpentées et s'y aventurer en voiture un jour de pluie s'avère bien dangereux... 

 

 

Un peu comme toutes villes de province, les gens de Santiago de Cuba ont un rythme de vie beaucoup plus tranquilles. Les rues sont aussi animées que dans la capitale mais l'affluence touristique est bien moins importante. Cette ville est remplie d'histoire à cause de la Révolution qu'elle a connue. On retrouve bon nombre de musées qui racontent le passé du pays.

 

 La pauvreté est plus frappante à Santiago de Cuba à cause d'un cyclone qui a frappé la ville il y a quelques années. Faute de moyen, la ville a du mal a être reconstruite. Le niveau de vie des cubains est très limité, mais ce peuple reste cependant très optimiste, c'est d'ailleurs ce qui fait leur charme. 

 

 

 

 

Relever le défi du noir et blanc m'a permis de porter un regard plus attentif au comportement des cubains. Cela m'a poussé à me concentrer sur les détails, les matières. Ce photoreportage vous pousse à aller au-delà du monde des couleurs. C'est ce que j'aime avec le noir et blanc, il détourne l’atmosphère et rend les images intemporelles. 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents

5 Sep 2019

16 May 2019

Please reload